Vue d’ensemble de la recherche en éthique animale – Seconde partie

Cet article présente les principaux courants de l’éthique animale, ses notions fondamentales et les grandes questions qui traversent la discipline. Tous ces objets sont autant de pistes pour développer un projet de recherches.

Mes sources pour écrire cet article sont les suivantes : 

  • Les cartes mentales d’Emilie Dardenne et son chapitre sur l’éthique animale1 ;
  • un chapitre de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer sur les principaux courants en éthique animale2 ;
  • une cartographie de l’éthique animale par Nicolas Delon3.

Qui ? Quoi ? Pourquoi ?

L’éthique animale, comme toute réflexion philosophique, s’articule autour de grandes questions. Selon Nicolas Delon, philosophe et chercheur en éthique animale et environnementale, l’éthique animale pose trois questions principales4 :

Qui ? a une valeur, un statut moral, des droits ?

Quoi ? quelle valeur, quel statut, quels droits, quelles obligations ?

Pourquoi ? ce qui explique qu’une action donnée est juste.

A chacune de ces questions, les théoricien·ne·s ont apporté des réponses différentes ; complémentaires ou inconciliables. Bien que les réflexions philosophiques sur le statut moral des animaux remontent à l’Antiquité, nous nous restreindrons ici aux théories qui ont fondé l’éthique animale comme champ disciplinaire, des années 1970 jusqu’à nos jours.

Les courants en éthique animale

Emilie Dardenne mentionne les trois grandes théories morales classiques : l’utilitarisme (Jeremy Bentham, Peter Singer), la théorie des droits / le déontologisme (Tom Regan, Gary Francione) et l’éthique des vertus (Rosalind Hursthouse, Martha Nussbaum, Corine Pelluchon). En effet, les principales théories en éthique normative (ce qui fait qu’un acte est moralement acceptable ou inacceptable), ainsi que les théories prudentielles (ce qui est bon ou mauvais pour un individu) s’appliquent à tout individu susceptible d’être doté d’un statut moral, humain ou animal.

On trouve également d’autres écoles de pensée en dehors de cette classification classique, comme l’approche par la phénoménologie (Florence Burgat), la zoopolitique (Sue Donaldson et Will Kymlicka) et les théories (éco)féministes et du care (Carol Adams, Val Plumwood, Josephine Donovan, Lori Gruen).

Ethique animale contemporaine, carte mentale d’Emilie Dardenne, source : https://twitter.com/dardenne_emilie/status/1559512148862189570

On peut compléter cette classification avec la théorie relationnelle et contextuelle de Clare Palmer et le néokantisme de Christine Korsgaard (cités par Nicolas Delon4), ainsi que la théologie animale (Andrew Linzey), l’approche scientifique (Rosemary Rodd, Bernard Rollin) et l’approche environnementale (John Baird Callicott), citées par Jean-Baptiste Jeangène Vilmer5. On peut également citer le contractualisme6.

Ces auteurs défendent des objectifs et des moyens différents pour changer notre rapport aux autres animaux : abolitionnisme, welfarisme, abolitionnisme welfariste, abolitionnisme anti-welfariste. Nous reviendrons sur ces notions.

Ces dernières années, on a vu apparaître une branche plus engagée en éthique animale, les critical animal studies ou études animales critiques7. Ce champ s’intéresse plus précisément aux questions de domination, de pouvoir, de violence, d’intersectionnalité, et s’inscrit dans une démarche militante de convergence des luttes. Les chercheur·se·s dans ce domaine ont souvent une approche “de la théorie à l’action”. On pourra en apprendre plus en consultant le site de l’Institute for Critical Animal Studies (ICAS) et sa revue Journal for Critical Animal Studies.

Un exemple de sujet abordé en études animales critiques, entre point de vue situé et intersectionnalité race / espèce / genre : le black veganism, théorisé par Aph Ko et Syl Ko8, pour qui “le statut inférieur attribué à l’animal est une condition essentielle au fonctionnement du système raciste, un système qui hiérarchise les êtres vivants et fait trôner une catégorie à son sommet.”9

Etudes animales critiques, carte mentale d’Emilie Dardenne, source : https://twitter.com/dardenne_emilie/status/1536712057025855500/photo/1

Les principaux concepts en éthique animale

Plusieurs grandes notions alimentent les réflexions en éthique animale. Elles seront définies différemment selon les auteur·rice·s.

Réalisé avec https://www.nuagesdemots.fr/

Des cas pratiques

L’éthique animale, en tant que discipline philosophique, s’intéresse à des concepts, mais aussi à des cas pratiques. Qui sont les “animaux” concernés par ces réflexions ? Quels problèmes moraux sont soulevés par notre exploitation et usages spécifiques de ces individus ?

L’exploitation animale, bien qu’invisible au quotidien dans notre société, est partout autour de nous. Nos repas, nos traitements médicaux, nos vêtements, nos loisirs reposent sur l’exploitation, la souffrance et la mort de milliards d’animaux par an.

Quelques précisions. Tout d’abord, il convient de remarquer que notre classification des animaux est anthropocentrée : on leur attribue une place selon l’usage qu’en font les humains. De plus, ces usages sont des constructions culturelles, et sont ici valables dans le cas français. Certains animaux de rente ici n’en sont pas dans une autre région du monde, et inversement. D’autres sont “multi-catégoriels” : les lapins, par exemple, sont utilisés pour l’alimentation, dans les laboratoires, pour leur fourrure, ils sont chassés, mais sont également des animaux de compagnie. Enfin, en éthique animale, on considère généralement que les animaux dont on parle sont les animaux sentients, c’est-à-dire capables de ressentir le plaisir et la douleur10. Ainsi, bien qu’un cochon et une éponge de mer appartiennent tout deux au règne Animalia, nous ne leur accorderons pas le même statut moral, l’un étant sentient, et l’autre non. Le critère de la sentience est discuté et nous aurons l’occasion d’y revenir.

En éthologie et en neurobiologie, il est bien établi que les mammifères, les oiseaux, les poissons et de nombreux invertébrés sont sentients, c’est-à-dire capables de ressentir du plaisir, de la douleur et des émotions. Ces animaux sont des sujets conscients ; ils ont leur propre point de vue sur le monde qui les entoure. Il s’ensuit qu’ils ont des intérêts : nos comportements affectent leur bien-être et sont susceptibles de leur faire du bien ou du mal. Lorsque nous blessons un chien ou un cochon, lorsque nous maintenons en captivité un poulet ou un saumon, lorsque nous tuons un veau pour sa chair ou un vison pour sa peau, nous contrevenons gravement à ses intérêts les plus fondamentaux.

Déclaration de Montréal sur l’exploitation animale, 4 octobre 2022.11

Voici donc une tentative de classement des différentes sources de l’exploitation animale et des animaux concernés12. Sur le site Animal Ethics, on trouvera des bibliographies détaillées pour chacune de ces problématiques.

  • Animaux destinés à l’alimentation humaine / d’élevage, pêche et aquaculture pour produire viande, œufs, produits laitiers, miel : vaches, veaux, bœufs, cochons, truies, chevaux, lapins, canards, oies, poules, poulets, moutons, brebis, agneaux, chèvres, poissons, mollusques, abeilles. Les conditions d’élevage, de transport et d’abattage peuvent faire l’objet d’études distinctes.
  • Animaux utilisés pour la recherche dans les laboratoires (expérimentation animale) : chiens, chats, rats, souris, lapins, singes, poissons…
  • Animaux de divertissement : cirque, zoos13, pêche de loisirs, corrida, sport (équitation etc.), combats, courses…
  • Animaux de compagnie : chats, chiens, chevaux, ânes, animaux “nains” (chèvres, cochons), NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie) : rongeurs, oiseaux, reptiles, amphibiens… Ce commerce touche plusieurs aspects : élevage, animalerie, captures illégales, médecine vétérinaire…
  • Animaux liminaires : rats, pigeons, renards, écureuils, oiseaux, hérissons, ragondins…
  • Animaux sauvages : terrestres (savane, toundra, jungles, forêts), dont une majorité d’insectes, et aquatiques (océans, mers, cours d’eau)
  • Animaux de travail : usage agricole, civil, militaire
  • Animaux utilisés pour l’habillement : cuir, laine, fourrure, plumes, soie
  • Chasse : chasse à courre, chasse sur terre et en mer
  • Animaux de refuges (SPA, fourrières…)14
  • Animaux de sanctuaire, pour animaux sauvages victimes des activités humaines, ou animaux de compagnie, ou animaux dits “de ferme”.

D’autres perspectives pour des recherches interdisciplinaires

Des recherches peuvent être menées au carrefour de plusieurs disciplines ayant pour objet les animaux, seuls ou dans leurs rapports à l’humain, en voici quelques exemples :

  • Histoire de l’éthique animale (Patrick Llored15, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer16, Gary Steiner17)
  • Histoire animale / des animaux (Eric Baratay18, Valérie Chansigaud19)
  • Éthique et éthologie (Elise Huchard, Cédric Sueur)
  • Arts et lettres : zoosémiotique (Astrid Guillaume), zoopoétique (Anne Simon), Françoise Armengaud
  • Psychologie morale et ressorts psychologiques de l’exploitation animale (Martin Gibert20, Melanie Joy21)
  • Sociologie de la cause animale et activisme (International Association of Vegan Sociologists23, James M. Jasper & Dorothy Nelkin24, Christophe Traïni25, Jérôme Ségal26, Fabien Carrié27)
  1. Emilie Dardenne, “Accorder un statut moral aux animaux”, Introduction aux études animales, chapitre 3 , PUF, 2020, p. 115-163. Les cartes mentales sont disponibles sur Twitter : https://twitter.com/dardenne_emilie []
  2. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, “Les principaux courants en éthique animale”, dans J.-P. Engélibert, L. Campos, C. Coquio et G. Chapouthier (dir.), La Question animale. Entre science, littérature et philosophie, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 79-92. []
  3. Nicolas Delon, “Les cartographiques de l’éthique animale”, dans F. Carrié, C. Traïni (dir.), S’engager pour les animaux, PUF, 2019, p. 59-72. []
  4. Ibid. [] []
  5. op. cit. []
  6. Animal Ethics, “Contractarianism”. https://www.animal-ethics.org/contractarianism/ []
  7. John Sanbonmatsu (2011), Dawn McCance (2012), John Sorenson (2014), Lori Gruen et Alice Crary (2022). []
  8. Aph Ko & Syl Ko, Aphro-ism: Essays on Pop Culture, Feminism and Black Veganism from Two Sisters, 2017. A lire également : Palang & Syl Ko, “Qu’est-ce que le black veganism ?”, L’Amorce, trad. Martin Gibert, 2019. https://lamorce.co/quest-ce-que-le-black-veganism/ []
  9. Dalila Awada, “Lorsqu’on dit humain, tout le monde entend blanc”, à propos de Aph et Syl Ko, Aphro-ism (2017), L’Amorce, 2018. https://lamorce.co/lorsquon-dit-humain-tout-le-monde-entend-blanc-a-propos-de-aph-et-syl-ko-aphro-ism-2017/ []
  10. Définition très simplifiée… Pour en savoir plus : https://www.animal-ethics.org/sentience-section/ []
  11. GREEA, 4 octobre 2022. https://greea.ca/en/montreal-declaration-on-animal-exploitation/ []
  12. Sources : L214, Animal Ethics, Faunalytics, FAO. []
  13. Au-delà de l’aspect divertissant, les parcs zoologiques se veulent être des lieux de conservation des espèces et d’éducation du public. []
  14. Valéry Giroux, Angie Pepper, Kristin Voigt (éds.), The Ethics of Animal Shelters, Oxford University Press, 2023. []
  15. Patrick Llored, Une éthique animale pour le XXIème siècle : L’héritage franciscain, Médiaspaul, 2021. []
  16. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Anthologie d’éthique animale. Apologie des bêtes, PUF, 2011. []
  17. Gary Steiner, Anthropocentrism and its Discontents: The Moral Status of Animals in the History of Western Philosophy, University of Pittsburgh Press, 2005. []
  18. Eric Baratay, Le point de vue animal, Seuil, 2012. []
  19. Valérie Chansigaud, Histoire de la domestication animale, Delachaux et Niestlé, 2020. []
  20. Martin Gibert, Voir son steak comme un animal mort, Lux Editeur, 2015. []
  21. Melanie Joy, Why We Love Dogs, Eat Pigs, and Wear Cows: An Introduction to Carnism, Conari Press, 2009. []
  22. Corine Pelluchon, Manifeste animaliste. Politiser la cause animale, Payot, 2021. []
  23. International Association of Vegan Sociologists https://www.vegansociology.com/ []
  24. James M. Jasper & Dorothy Nelkin, The Animal Rights Crusade: The Growth of a Moral Protest, The Free Press, 1991. []
  25. Christophe Traïni, La cause animale. Essai de sociologie historique (1820-1980), PUF, 2011. []
  26. Jérôme Ségal, Animal radical. Histoire et sociologie de l’antispécisme, Lux, 2020. []
  27. Fabien Carrié, Antoine Doré, Jérôme Michalon, Sociologie de la cause animale, La Découverte, 2023. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Margaux Metayer (2 mars 2023). Vue d’ensemble de la recherche en éthique animale – Seconde partie. Ethique animale. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsa4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search