“Et si je faisais une thèse ?!” – Entretien avec Sarah Zanaz, doctorante en éthique animale

Je débute ma deuxième année de Master en éthique animale, et forcément, la question de ce que je ferai à la prochaine rentrée s’impose. Passionnée par la recherche, la perspective de poursuivre en thèse est enthousiasmante. Mais pour m’assurer que cela correspondrait à mes attentes, je souhaite tout d’abord m’entretenir avec des doctorant·e·s sur leur expérience. Merci à Sarah d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

Sarah Zanaz est doctorante en philosophie contemporaine et traductrice (notamment pour Animal Ethics). Sa thèse porte sur l’ontologie du spécisme, plus particulièrement sur le spécisme entendu comme un phénomène systémique.


Bonjour Sarah ! 🥰

Bonjour Margaux ! 🥰

Peux-tu nous présenter ton parcours universitaire ?

Alors, je dois dire que mon parcours universitaire a été varié (pour ne pas dire chaotique). J’ai obtenu un bac littéraire en 2012, pour ensuite entrer en CPGE (littéraire, elle aussi) pour deux ans à Paris et à Strasbourg. J’ai choisi de poursuivre une L3 de littérature hispanique, à Madrid. Après ça, j’ai opté pour une deuxième L3, d’anglais cette fois, à Dublin.

Ces deux licences en poche, et toujours dans l’incertitude totale par rapport à ce que je souhaitais faire de mon existence, j’ai décidé de prendre une année sabbatique pour voyager à travers l’Amérique du Sud, pensant que cela allait m’aider à me décider (alerte spoiler : non). En rentrant de ce voyage somme toute riche en apprentissage, je décide de me lancer dans quelque chose de tout nouveau par rapport à ce que j’avais étudié jusqu’alors : les sciences politiques. S’ensuivirent donc deux belles années, de 2017 à 2019, à Sciences Po Strasbourg, entrecoupées de stages de recherche en Espagne et au Mexique. C’est pendant ces deux années que mon goût pour la recherche s’est affirmé. Je savais enfin ce que je voulais faire : je voulais être chercheuse. En quoi ? Excellente question. Mais chercheuse, ça c’était sûr. Et c’était déjà une bonne partie du boulot !

Pendant ce master, j’ai travaillé sur le concept de spécisme. Oui, car ce que je n’ai pas dit, c’est que pendant toutes ces pérégrinations universitaires, j’étais déjà végétarienne depuis de nombreuses années, puis végane vers 2016. Donc la question de notre rapport aux autres animaux me trottait dans la tête depuis un bon moment, mais je n’avais jamais considéré la possibilité d’en faire un sujet de recherche, encore moins dans le cadre d’un master en sciences politiques spécialisé en politique de l’Union Européenne. Et pourtant, lors de mon stage de recherche à l’UNAM, à México City, j’ai eu la chance d’être accompagnée par une chercheuse féministe incroyablement inspirante, Alethia Fernández de la Reguera, qui, connaissant mon grand enthousiasme pour la question animale, m’a convaincue d’en faire mon sujet de mémoire. « Si ce sujet t’habite tant, ce n’est pas pour rien, tu dois en faire ton sujet de recherche, plutôt que d’étudier quelque chose juste parce que ça fait bien sur le papier », m’avait-elle dit. Lors de ma rencontre avec Alethia, j’allais me lancer dans des recherches sur l’extrême-droite en Espagne… Mais je crois que c’est juste de dire qu’elle m’a aidée à changer le cours de ma vie en prenant un tournant décisif : j’allais commencer à travailler, académiquement, sur le sujet qui me tient le plus à cœur : celui des animaux non humains (ANH).

Donc après un mémoire de master sur la dimension systémique du spécisme, et après avoir découvert que ce sujet était de plus en plus traité par des universitaires de diverses disciplines, allant de la philosophie aux sciences expérimentales, en passant par les sciences politiques, la sociologie, l’économie, les langues vivantes, etc., j’ai tout naturellement décidé de poursuivre ce travail en thèse.

Que fais-tu aujourd’hui ?

Je suis donc aujourd’hui en thèse de philosophie contemporaine. Je m’intéresse à l’ontologie du spécisme. Le spécisme est généralement défini en philosophie comme un comportement individuel, mais je me pose la question de savoir s’il ne serait pas intéressant de concevoir le spécisme comme un système, notamment comme un système de production et de légitimation de souffrances. La compréhension du spécisme en tant que système n’a pas encore été explorée en philosophie. Pour cela, j’ai décidé de travailler de manière interdisciplinaire : j’utilise des données qui proviennent autant de la philosophie (notamment morale et politique, mais également de l’histoire de la philosophie, de la phénoménologie, de la philosophie des sciences, de l’esprit, bref, tout ce qui peut me servir) que des sciences expérimentales (éthologie et neurosciences principalement).

D’ailleurs, ma thèse s’inscrit dans le cadre d’une convention de cotutelle internationale de thèse, ce qui signifie que je suis à la fois inscrite en doctorat à l’Université Autonome de Puebla (au Mexique) (oui car j’avais tellement aimé ce pays lors de mon stage de recherche de master que j’ai décidé d’y retourner pour le doctorat) et à l’Université de Strasbourg. J’ai donc deux directeurs de thèse : Arturo Aguirre Moreno (philosophe) et Cédric Sueur (éthologue), ainsi que deux membres du comité de suivi de thèse, tous deux philosophes, François Jaquet et Angelo Giavatto, qui me soutiennent et m’aident beaucoup.

Qu’est-ce qui t’a amenée à faire une thèse, et quelles ont été les différentes étapes de candidature ?

La décision de poursuivre en thèse a relevé d’une certaine évidence. Je me suis prise de passion pour la recherche en études animales et j’ai adoré mes stages de recherche pendant le master, donc la poursuite en thèse s’est imposée d’elle-même. J’ai eu envie de prendre le temps d’approfondir les questions soulevées en master et d’en faire mon activité à temps plein pendant quelques années.

Mais c’est aussi et surtout l’importance du sujet qui m’a confortée dans l’idée de faire une thèse. Mon engagement militant en faveur d’une plus grande considération morale pour les animaux non humains a trouvé du sens, de la force, de la solidité, dans mon processus de recherche. Lire tant d’articles écrits par les chercheur·euses du monde entier au sujet des animaux non humains a été une grande source d’inspiration et de motivation pour continuer le combat. Ce qui est paradoxal, c’est que même en ayant lu beaucoup d’articles, je me suis aussi rendu compte que nous manquions encore sérieusement de recherches à ce sujet en France (et en français !), même si nous en avons de plus en plus.

Ces deux choses m’ont donc portée à faire une thèse : d’une part, un goût et un enthousiasme pour la recherche, et d’autre part, un engagement militant en faveur des autres animaux.

Pour ce qui est des étapes de candidature, je me suis d’abord inscrite à l’Université au Mexique et j’ai pu ainsi obtenir un financement du gouvernement mexicain (Conacyt). Les financements du Conacyt sont accordés en fonction du dossier et de la qualité du projet de thèse. Il est donc requis d’envoyer un projet de recherche accompagné d’un CV et de divers documents (diplôme, mémoire de master, documents d’identité etc.). Lorsque notre dossier est sélectionné par l’Université en fonction de tous ces différents critères (mais surtout la qualité du projet de recherche et du dossier), la demande de financement est réalisée automatiquement auprès du gouvernement.

Pour l’inscription en France, le processus est un peu différent. Il faut d’abord trouver un·e directeur·ice de thèse qui ait envie de superviser le projet de thèse. Une fois que nous l’avons trouvé·e, il faut passer les autres filets de sélection : il faut l’approbation du laboratoire auquel le·la directeur·ice de thèse est rattaché·e, de l’école doctorale, du département de recherche. Du moins, c’est le cas pour l’Université de Strasbourg et pour l’école doctorale 414, mais je ne sais pas si c’est le cas partout. Dans tous les cas, la première étape est de trouver le ou la directeur·ice de thèse qui pourrait être intéressé·e par ton projet. Et ensuite, voir avec lui ou elle les modalités d’inscription et de financement en fonction de l’université, de l’école doctorale de rattachement, du laboratoire, etc.

En quoi consiste ton travail quotidien de recherche et d’enseignement ?

Que fait un·e doctorant·e ? Iel boit du café, lit des recherches, boit du café, écrit un peu.

Le cycle de la recherche, par PhD Comics. En français “Lire, écrire, rincer, recommencer”.

C’est faux, je ne bois même pas (tant) de café. 

Je dirais, pour ce qui est de la recherche en philosophie (et peut-être plus généralement en sciences humaines) :

Lire beaucoup. Toutes les sources possibles et imaginables sur ton sujet de prédilection. C’est ce qui va te permettre ensuite d’affiner ton sujet : tu vas petit à petit te rendre compte de ce qu’il manque encore dans la recherche académique, de ce qui ne te semble pas satisfaisant, ou pas encore assez approfondi. C’est ce qui prend le plus de temps, et je pense qu’on lit encore tous les jours, même après plusieurs années de recherches.  

Puis, comme tu ne peux pas te contenter de lire, il faut aussi écrire des idées, développer des arguments (en philosophie du moins), organiser tes idées. J’essaye de garder un moment chaque jour pour écrire, ne serait-ce qu’un peu. Cela peut être directement de la rédaction, ou alors des synthèses d’articles, des ébauches de plans, des idées nouvelles peu rédigées, etc. Je me suis rendu compte qu’en laissant le processus d’écriture de côté trop longtemps, on peut facilement se perdre et perdre complètement la notion de ce que l’on est en train de faire (et de ce que l’on voulait faire initialement !) en se noyant dans le flot des lectures infinies et des idées nouvelles. C’est pourquoi je trouve qu’il est important de toujours écrire un peu, ça permet, je crois, de garder le fil conducteur de ton propos et de tes recherches et de ne pas trop s’éparpiller.

Et enfin, il faut aussi réserver un peu de temps de travail dédié à la communication de tes recherches, de tes résultats, etc. Cela peut, académiquement, plus ou moins prendre deux formes : la communication orale et la publication. Le but du jeu, c’est de partager ces découvertes avec le monde scientifique, sous forme d’articles, de conférences, de participation à des colloques, workshops, etc.

Et puis, quand on a la chance d’enseigner, il faut aussi réserver du temps pour préparer des cours bien construits, corriger des copies, répondre aux étudiant.e.s, tout ça tout ça. Si on a beaucoup de chance, on peut même donner des cours sur des sujets liés à nos recherches, et ça, c’est un peu le graal pour beaucoup d’entre nous.

Bon ça, c’est l’idéal. Mais évidemment, il y a des journées où on ne travaille pas du tout (et c’est important de se reposer), des journées où on n’a pas le moral ou la capacité de concentration (et ce n’est pas grave, ça arrive, ça passera sûrement), ces heures à s’arracher les cheveux en se disant que ce que l’on fait ne sert à rien et ne va pas améliorer le sort des ANH… Il y aussi ces journées où l’on ne fait que lire et où on n’écrit rien, ces heures où on se retrouve à lire un truc qui en fait ne nous servira à rien du tout, ou encore ces semaines entières que l’on passera à préparer nos cours parce qu’on est à la bourre mais qu’on veut quand même bien faire ! Tout ça pour dire que ça va et vient et que pour ces journées à ne pas être efficaces du tout, il y a aussi ces journées où on déchire tout pendant plusieurs heures de concentration totale. Comme dans tout, c’est l’équilibre qui compte.

C’est pourquoi il est super important de prendre aussi du temps pour soi, pour faire des choses qui nous détendent, qui nous font du bien (surtout quand le sujet de recherche est aussi épuisant moralement et parfois si déprimant psychologiquement que l’est celui de la condition animale). Il est important aussi de penser à prendre soin de sa santé mentale tous les jours pour affronter la pression et le stress de la meilleure manière possible.

Quelles difficultés as-tu rencontrées au cours de ton doctorat, autant dans l’aspect pratique que pour la recherche ?

Je pense immédiatement à trois difficultés majeures : la question financière, la question de la santé mentale et finalement, celle de cette chose nulle qui commence par un p et qui termine par rocrastination. 

L’argent. Les sous. Le flouze. La moula. Bref; la question épineuse des moyens financiers. Les personnes qui m’entourent en ont marre de me l’entendre dire : essayer de faire une thèse en ayant sur le dos la charge mentale de savoir comment on va payer notre loyer, nos factures, nos frais de santé, nos loisirs, éventuellement les soins vétérinaires de notre petit chat malade du SIDA DU CHAT, mais aussi nos plantes car on a une obsession inquiétante, et tutti quanti, c’est compliqué. Devoir constamment réfléchir à comment on ferait si par exemple notre ordinateur venait à tomber en panne, c’est épuisant. Et c’est épuisant pour tout le monde ! Que l’on soit inscrit·e en doctorat ou pas. Mais je peux assurer que lorsque l’on essaye en plus de se concentrer sur le travail de longue haleine qu’est la thèse, sur nos lectures, sur nos articles, etc., c’est d’autant plus harassant. Donc assurez-vous d’avoir de bonnes conditions financières avant de commencer une thèse. Cela peut être une rente, si vous êtes super chanceux·se, mais il peut aussi s’agir d’un contrat doctoral, d’un contrat ATER, d’un job stable qui vous assure d’avoir du temps à côté pour travailler sur la thèse, etc. Plusieurs solutions existent. Mais ce qui est sûr, c’est que l’idée de “je commence une thèse et on verra ensuite comment je me débrouille pour la question financière”, je l’ai testée pour vous. Et c’est non. Ne faites pas cette erreur !! 

La santé mentale : le processus de rédaction d’une thèse est souvent assez solitaire et exigeant émotionnellement. Je pense que ça dépend un peu pour tout le monde; certaines personnes vivent mieux la solitude que d’autres, gèrent mieux le stress et la pression que d’autres, etc. Pour moi, ce qui est le plus difficile à gérer, c’est moins la solitude et le stress que la difficulté du sujet. Quand on travaille sur la souffrance animale et sur le spécisme, on tombe sur des données, des images, des livres, des articles etc. qui ne sont pas forcément faciles à accepter et à digérer. Des choses tristes, dramatiques, tragiques. Des choses que l’on préférerait parfois ignorer. Et ce sont aussi des conversations compliquées, avec des personnes qui ne comprennent pas (ni ne veulent comprendre, souvent)  l’intérêt d’étudier cela, puisqu’il y aurait “des choses plus urgentes à analyser, comme *insérer le problème qui est absolument prioritaire selon la personne à qui vous êtes en train de parler*”. Et tout ça, c’est valable pour tout travail que nous réalisons dans le but d’améliorer, un jour, la condition des animaux non humains, que l’on soit chercheur.euse, écrivain.e., activiste, illustrateur.ice, pocasteur.euse, journaliste, politicien.ne, avocat.e etc. Donc il faut savoir gérer tout ce flot d’émotions, et ce n’est pas toujours facile. Je trouve que bien s’entourer est vraiment primordial pour s’assurer de maintenir une santé mentale stable pendant le doctorat.

3° Et la dernière difficulté importante dans mon cas, c’est de lutter efficacement contre la procrastination. Bon, là, je n’ai malheureusement pas encore trouvé de solution. Mais je pense qu’il est crucial de nous accorder des moments de répit. Car on a vite fait, quand on est doctorant·e, d’avoir la sensation qu’il faut que nous soyons en train de travailler sans arrêt. Et c’est sûr qu’il faut beaucoup travailler. Mais justement, pour bien travailler, il est important de nous reposer de temps en temps. Je trouve qu’à cet égard, il peut être utile de savoir faire la différence entre la flemme et la fatigue. Si fatigue il y a, il est important de nous reposer. Ce n’est alors pas de la procrastination, et il ne faut pas lutter : il s’agit de prendre du temps pour soi, de nous ressourcer et de nous reposer. Si par contre, ce n’est pas vraiment de la fatigue mais plutôt de la flemme, alors il est important de trouver des moyens de lutter contre la procrastination qui se présente alors comme la manière la plus attirante d’occuper notre temps. Encore faut-il avoir l’honnêteté (ou la lucidité) de savoir faire la différence entre les deux. Comme ne dirait pas du tout Marc-Aurèle : “donnez-moi la sérénité d’accepter la fatigue, le courage de changer ma grosse flemme, et la sagesse de distinguer la première de la seconde.”

Et quels ont été les moments les plus réjouissants ?

Les moments les plus réjouissants pour moi ont clairement été les moments de partage. 

C’est le cas, par exemple, des conférences, des colloques, de tout type d’évènement qui a trait à ton sujet de recherche. Ils sont autant de moyens de rencontrer des personnes incroyables avec lesquelles il est possible d’avoir des discussions qui te font du bien, qui te font réfléchir et/ou qui te rassurent et permettent de te rendre compte que tu n’es pas seul·e. Et ça, ça n’a pas de prix. Comme je le disais dans la réponse précédente, on est souvent confronté·e·s à des conversations difficiles, fatigantes, répétitives, ou même contre-productives, alors lorsqu’on a l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des personnes qui comprennent, connaissent et sont sensibles au sujet que l’on étudie, il faut absolument la saisir.

C’est aussi le cas des cours que tu donnes, si tu en as la chance. Certains moments d’échange et de partage avec mes étudiant·e·s resteront à jamais gravés dans ma mémoire et constituent clairement des moments les plus réjouissants du processus de thèse. Les débats vifs qu’iels peuvent avoir en cours, toute leur participation, leurs remarques brillantes, leurs commentaires éclairants, les moments où tu te rends compte que tu as réussi à faire réfléchir les étudiant·e·s sur un sujet auquel ils n’avaient jamais vraiment pensé… tout ça vaut de l’or pour moi. 

Selon toi, quelles sont les qualités et compétences requises pour mener à bien une thèse ?

De l’enthousiasme pour la recherche, et je crois que c’est important d’avoir un engagement personnel avec le sujet que l’on choisi. De la curiosité. Une bonne capacité de travail, de concentration, d’organisation et de remise en question, mais aussi la sagesse nécessaire pour savoir se reposer quand il faut. Mais l’une des meilleures qualités à avoir sont en fait nos proches, dont le soutien est primordial. Et beaucoup de patience, aussi, car le processus est lent et on fait parfois (souvent) du sur-place.

Qu’aurais-tu aimé savoir avant de commencer ton doctorat ?

Que le temps passe vite. Très vite. Que l’on a pas autant de temps que l’on pensait, qu’en un rien de temps on est déjà en dernière année de thèse. Qu’il ne faut pas sous-estimer l’importance d’avoir de bonnes conditions financières (promis je n’en dis pas plus, je vous ai déjà assez ennuyé avec ce sujet dans mes réponses précédentes !). Que c’est normal de douter, de tout remettre en question, d’avoir parfois envie de tout abandonner. Que même si l’on adore ce que l’on fait, il y a des jours où on a quand même la flemme. Et que c’est important de s’en tenir à ce que l’on a envie de faire, que l’on fait une thèse pour nous-même et pas pour faire plaisir à quelqu’un : il est important de savoir être ferme quant à ce que l’on souhaite faire, tout en sachant prendre les commentaires constructifs des personnes qui encadrent notre travail. 

Quels conseils donnerais-tu à un·e étudiant·e de Master qui envisage de poursuivre en thèse ?

1° Assure-toi que c’est bien ce que tu as envie de faire. Pas pour la société, pas pour tes parents, pas parce que ça fait bien sur le papier, pas parce que tu penses que c’est une étape obligatoire. Fais-le parce que tu en as envie. J’ai même envie de dire, fais-le parce que tu ne te vois rien faire d’autre qui t’intéresse et te motive autant à ce moment précis de ta vie. Tu peux t’assurer de tout cela notamment en discutant avec des personnes en thèse, en effectuant des stages de recherches, en publiant des articles (au moins un, ça t’aidera probablement pour l’obtention de financement), en participant à des séminaires, colloques… Bref, commence à expérimenter la vie académique, cela te donnera une idée. En général, et je vais peut-être dire quelque chose qui fâche un peu, si le processus de rédaction de ton mémoire de master a globalement été douloureux et désagréable ou alors beaucoup trop stressant pour toi, si l’expérience a été plus négative que positive, alors il y a fort à parier que ces souffrances seraient démultipliées en thèse… donc il faut bien y réfléchir.

2° Choisis bien ton ou ta directeur·ice de thèse. Son soutien et son expertise te seront d’une précieuse aide. Bien le ou la choisir est probablement plus important que le prestige de l’université pour le bon déroulement de ta recherche. Sa spécialisation est importante, mais sans surprise, un·e professeur·e opposé·e à tes idées pourrait aussi être un bon choix, en ce qu’il/elle te poussera probablement dans tes retranchements, à condition qu’il/elle soit ouvert·e d’esprit et toi aussi ! D’autres critères qui pourraient être aussi important que la spécialisation de ou de la directeur·ice de thèse sont sa disponibilité (quelqu’un qui soit relativement réactif et qui t’aide lorsque tu en as besoin), son caractère (on préférera quelqu’un de sympa et de compréhensif à quelqu’un de cassant ou de fermé d’esprit par exemple). Et puis généralement quelqu’un qui te corresponde et qui corresponde à ta façon de travailler ! Par exemple, je suis assez indépendante dans mon travail, mais j’ai quand même besoin d’aide de temps en temps, et mon directeur de thèse ainsi que les membres du comité sont là quand il le faut, mais ne sont pas dirigistes, et cela me convient parfaitement, donc j’ai eu de la chance. Mais peut-être que tu préférerais quelqu’un qui soit davantage derrière toi pour travailler efficacement ? Tout cela dépend de chacun·e ! L’important est de trouver quelqu’un qui nous convienne selon notre manière de travailler.

3° S’assurer d’avoir des conditions financières décentes !!! C’est bon, j’arrête.

Qu’envisages-tu pour la suite ?

Ne plus rien faire pendant à peu près 50 ans. 

Non, pour être un peu plus sérieuse, je rêve de devenir enseignante-chercheuse ; c’est-à-dire de pouvoir continuer la recherche tout en enseignant à l’université. Malheureusement les postes sont rares, donc si je n’y arrive pas, j’aviserai !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Margaux Metayer (27 septembre 2023). “Et si je faisais une thèse ?!” – Entretien avec Sarah Zanaz, doctorante en éthique animale. Ethique animale. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsa7


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search